Maintenance

Une touche de magie pour un entretien sans souci.

Avec elle, c’est parti pour la vie… A condition que vous en preniez soin jour après jour et que vous dirigiez à la baguette, et de main de maître, son entretien. Pour cela, nul besoin d’être un virtuose, même si quelques notions de sécurité s’avèrent fort utiles pour éviter toute fausse note dans l’utilisation de votre cheminée ou lors des contrôles effectués par les compagnies d’assurance.

Le cycle du feu : La combustion du bois en 3 étapes.

  1. Séchage, l’eau sous l’effet de la chaleur remonte à la surface et s’évapore. Cela produit peu de chaleur (chaleur latente).
  2. Pyrolyse, le bois lui-même s’évapore en particules fines. Si la température n’est pas assez élevée ou les apports d’air insuffisants, cela provoque l’apparition d’imbrûlés polluants (CO, NOx…).
  3. Oxydation, si la température est suffisante, le bois se transforme progressivement en charbon qui brûle lentement en dégageant une chaleur importante (550°C).

La technique du bois inversé :
Pour que ces étapes se déroulent le mieux possible, quelques petites astuces à retenir. Par exemple, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il faut mettre les grosses bûches (espacées) en bas et avoir du bois de plus en plus fin en remontant. Cela permet de réduire de façon importante les fumées et donc les émissions de polluants lors de l’allumage. Il faut également veiller à laisser passer suffisamment d’air, en ouvrant par exemple les clapets lorsqu’il y en a. Il faut ensuite les refermer progressivement, pour éviter une combustion trop rapide, mais tout en évitant les imbrûlés.

La pollution : 
La combustion parfaite d’un bois sec ne rejette que du CO2 (bilan neutre on l’a vu) et de la vapeur d’eau. Cependant, si la combustion est incomplète et/ou que le bois est humide, d’autres éléments vont être rejetés parmi lesquels du CO, des Nox, des poussières (particules fines)… Le parc ancien et notamment les foyers ouverts, est particulièrement vulnérable à ces risques. Par exemple, un foyer ouvert possède un rendement énergétique d’environ 10% pour un rejet très important de particules (97 kg/an), alors qu’un foyer récent a un rendement 8 fois supérieur (80%) et n’émet que 3 kg/an de particules.

C’est bien uniquement le parc ancien (foyers ou cheminées ouvertes) qui fait l’objet de critiques lors des pics de pollution.

En imaginant une croissance de la part du chauffage au bois et un remplacement progressif des foyers les plus anciens, la qualité de l’air, notamment lors des épisodes de grands froids, en serait nettement améliorée. Cela permettrait d’éviter des phénomènes de « fog » dus à la pollution. Mais cela impose également un entretien régulier des équipements de chauffage et d’évacuations des fumées.

Votre projet correspond à nos compétences ?
Faites votre demande de DEVIS GRATUIT dès maintenant !